Immobilier

News

08/02/2020 : Les 5 manières d'investir dans l'immobilier

Je vais vous présenter les 5 manières d'investir dans l'immobilier avec quelques commentaires. Contactez-moi pour plus d'infos.

1) Achat ancien direct : j'achète un bien et je le mets en location. Solution la plus évidente, mais le rendement est mauvais, et risques nombreux.

2) Achat neuf PINEL : achat neuf et location jusqu'à 12 ans avec avantages fiscaux sur l'ensemble des revenus. Solution rentable pour revenu fiscal > à 30 000€. En dessous, passez votre chemin.

3) Achat neuf LMNP : achat neuf et location sur 20 ans avec amortissement du bien (pas d'impôt sur les loyers pendant 30 ans). Solution rentable dès le début, loyers garantis par bail, nécessite un peu d'apport (5 à 8000€), et un endettement préalable moyen.

4) Achat SCPI en direct : achat de parts de société directement, on devient actionnaire. Excellents rendements, des frais à l'achat ou à la sortie (ça dépend de la présentation du produit), petit investissement possible (à partir de 2500€), en cash ou à crédit.

5) Achat SCPI en assurance-vie : achats de parts via une assurance-vie. Excellents rendements réduits des frais de gestion de l'assurance, des frais amoindris à l'achat ou à la sortie (ça dépend de la présentation du produit), pas de possibilité d'achat à crédit. Bénéfice des avantages habituels de l'assurance-vie.

Je me tiens à votre disposition pour plus d'information.

 30/05/2019 : Les chinois achètent de plus en plus d'immobilier parisien

Les Chinois sont les acquéreurs étrangers les plus actifs dans la capitale au premier trimestre. Ils devancent les Italiens. Même s’ils restent minoritaires, de plus en plus d’étrangers achètent à Paris et en Île-de-France.
Les Chinois ne sont pas seulement fans de nos terres viticoles, mais aussi de notre immobilier et notamment à Paris. Longtemps, les Italiens ont été en tête des acquéreurs immobiliers étrangers les plus actifs dans la capitale. Avant de se faire doubler par les Américains en 2018. Au premier trimestre de cette année, les Chinois ont fait une sacrée percée: plus de 14% des acquisitions immobilières réalisées par des étrangers (résidents et non résidents) à Paris l’ont été par des acheteurs de l’«Empire du Milieu», selon une étude des notaires du Grand Paris. «Nous avons enregistré des taux records dans les IIIe et XIIIe arrondissements où les Chinois sont très présents», explique Me Thierry Delesalle, notaire parisien.
Dans le XIIIe, les acheteurs chinois représentent ainsi plus de 10% des acquisitions immobilières réalisées par des étrangers dans la capitale au premier trimestre. Ce chiffre dépasse même les 17% dans le IIIe arrondissement où réside la plus ancienne communauté chinoise de la capitale. Les Chinois profitent sans doute également de la réglementation plus stricte en Italie sur les résidences secondaires à l’étranger. «Les Italiens, qui inondaient le marché du IIe arrondissement jusque-là, sont désormais vendeurs», notent Laurent Bénin et Jean-Baptiste Molas, de l’agence Foncia. Malgré cela, les Italiens occupent tout de même la deuxième position dans le classement des acquéreurs étrangers les plus actifs dans la capitale (12,9%).

Actifs en Petite Couronne
Les Chinois font également partie du trio de têtes des acquéreurs les plus actifs sur le marché des maisons en Petite Couronne où plus de 17% des acquisitions immobilières ont été réalisées par des étrangers. Sur le podium, on retrouve également les Portugais et les Roumains. «Contrairement aux acquéreurs français qui les font faire par des entreprises, ces trois populations réalisent elles-mêmes leurs travaux, précise Thierry Delesalle. Conséquence: leurs offres sont plus intéressantes pour les vendeurs».
Même s’ils restent encore très minoritaires, les acquéreurs étrangers se montrent de plus en plus actifs. En Île-de-France, de nouveaux records ont été atteints: 11,3% des transactions immobilières sont le fait d’étrangers en Petite Couronne et 9,3%, en Grande Couronne. Si à Paris, ce n’est pas le cas, nous n’en sommes pas loin: ce chiffre s’élève à 7,9%, très proche du dernier record (8,7%) décroché en 2015.